L'histoire du logiciel Director.

L'histoire du logiciel Director

Director 11 bouge encore
La version 11 du logiciel Director est sortie hier. Champagne ?

Extrait d' un blog : www.hyperbate.com/dernier/?p=58 mars 26th, 2008 Posted in Interactivité, logiciels

Pour ceux qui ne connaissent pas, Director, anciennement Macromind Video Works puis Macromind Director, a été l’outil de référence des créateurs de CDrom à partir du premier tiers des années 1990. Lancé en 1986 comme un simple outil d’animation, Director s’est peu à peu étoffé jusqu’à supplanter les vétérans Hypercard (Apple) et Authorware (racheté par Macromedia en 1992). Les (nombreux) concurrents comme Icon Author, Supercard, Toolbook, mTropolis ou encore Scala ont peu à peu disparu.

Alors que Director fêtait ses 10 ans, Macromedia a racheté un petit logiciel d’animation vectorielle destiné au web, Future Splash, et l’a commercialisé sous le nom de Flash. Le succès fut rapide, il accompagnait la croissance du web à une période où les connexions étaient encore bien lentes et où la compacité des applications flash était bienvenue.

En 2-3 ans, Flash était devenu incontournable comme outil de création et de diffusion rich media (”qui bouge et qui fait du bruit”). Le besoin de standardisation et de compatibilité a rapidement éclairci les rangs des chalengers de Flash. Certains ont attendu leur heure, comme Java, qui a été énormément enseigné en écoles d’ingénieurs et qui pour cette raison reste un grand standard, d’autres sont tombés en désuétude (du fait de leurs limites créatives notamment) comme le VRML ou Quicktime VR. Le lecteur web associé à Director, Shockwave, a de son côté pâti de nombreux problèmes. Tout d’abord son téléchargement était de 2Mo quand celui du plug-in flash, souvent préinstallé, ne pesait qu’un tiers ou un quart de ce poids. Or avant l’arrivée de l’ADSL, 2Mo, c’étaient quinze ou vingt minutes d’attente, en priant pour que la connexion ne coupe pas.

Ce qui a fait perdre à Director la bataille du web, c’est avant tout la politique technico-commerciale fantaisiste de Macromedia. À une certaine époque par exemple, toute personne qui installait le Shockwave player sur son navigateur se voyait renvoyer sans avoir rien demandé vers le site commercial Shockwave.com. La distinction entre Shockwave director player et flash player (au départ baptisé Shockwave flash si ma mémoire est bonne) ont aussi coûté à Director, d’autant que Macromedia a vite fait des choix qui favorisaient nettement Flash et que je ne vais pas énumérer ici.

Adobe a racheté Macromedia en 2005 pour mettre la main sur ses deux produits-phares : Flash et Dreamweaver. Si j’en crois les rumeurs de l’époque, les effectifs de l’équipe de développement de Director ont alors été allégés jusqu’à atteindre le terrible chiffre de zéro.

page 1 | page 2